||

Comment choisir un OPCVM monétaire ?

Il existe plus d'un millier d'OPCVM monétaires et il n'est pas facile de faire le bon choix

Cet article fait partie du dossier "Les placements"

Voici quelques conseils pour faire le meilleur choix.

1 - Investir dans une SICAV ou un FCP ?

Les SICAV sont des sociétés alors que les FCP sont des copropriétés, mais en tant qu'investisseur la différence de statut n'a aucune importance.

2 - Ne pas attacher une importance excessive aux performances à court terme.

Même si les fonds servent à rémunérer des liquidités, la performance d'un fonds monétaire doit s'observer sur 3 ou 5 ans, sous peine de déconvenues.

3 - Examiner les frais

Le prospectus simplifié, remis obligatoirement avant toute souscription, mentionne tous les frais que vous devrez supporter, directement ou indirectement (frais de gestion, frais de souscription, frais de rachat). Ils sont la principale source de différence de performance entre deux fonds.

4. Privilégier les fonds de votre banque

Chaque banque a une gamme de fonds comprenant un fonds monétaire. Souscrire un fonds de la banque permet de faire l'économie des droits de garde sur cette ligne.

5 - Investir dans des fonds monétaires réguliers

Un fonds monétaire régulier est géré avec prudence contrairement à un fonds dynamique qui adopte des stratégies risquées pour améliorer un peu la performance avec pour contrepartie une risque de perte en capital.

6 - Vérifier les encours investis

Pour pouvoir vendre ses parts sans risque de dépréciation, il est souhaitable d'investir dans un fonds gérant un encours important, car si beaucoup de porteurs veulent racheter leurs parts le gérant aura du mal à trouver des liquidités.

Pour en savoir plus sur les OPCVM, cliquez ici .



Fiches Pratiques du Jour
Comment choisir sa banque
Mini Quizz
Il y a une différence sensible entre délit et quasi-délit.

VRAI   FAUX   

Définition du lexique

Opposition (prélèvement)

Il est possible de faire opposition au paiement d'un prélèvement ; depuis le 1er novembre 2009, une banque ne peut plus percevoir de frais pour opposition à un prélèvement.
Il faut distinguer les opérations autorisées par le débiteur et celles qu’il n’a pas autorisées.
- Contestation d'un prélèvement non autorisé par le débiteur
Si le débiteur conteste un prélèvement qu’il n’a pas autorisé ou qui a été mal exécuté, il doit envoyer une contestation écrite à sa banque le plus rapidement possible. Le délai pour contester une opération est maintenant de 13 mois maximum suivant la date de l'opération. La banque devra dans ce cas lui rembourser immédiatement le montant de l'opération non autorisée.
C'est désormais à la banque d'apporter la preuve que les opérations contestées ont été correctement exécutées.
- Contestation d'un prélèvement autorisé par le débiteur
Pour contester un prélèvement qui a été autorisé, mais dont le montant dépasse celui auquel le débiteur pouvait raisonnablement s’attendre, il dispose d'un délai de 8 semaines après la date à laquelle les fonds ont été débités pour contester. La banque dispose de 10 jours ouvrables à réception de sa contestation pour procéder au remboursement de l'opération ou pour l’informer de son refus de rembourser.

lexique
BANQUE-INFO.COM sur Facebook