||

Courrier à votre banque pour confirmer un ordre de bourse

Cet article fait partie du dossier "Les placements"

Recevez directement votre modèle de lettre par email

Merci de renseigner le formulaire suivant pour recevoir votre modèle de lettre

Informations

















Je souhaite recevoir les offres spéciales de BANQUE-INFO.COM ou de ses partenaires *



Les champs avec un * sont obligatoires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34).
Pour exercer ce droit, merci de nous envoyer un email à webmaster@banque-info.com

Prévisualisation du courrier

Le courrier envoyé par email ne contient pas les *******

 Mr (Mme) X
Adresse
N° téléphone
N° de compte

Banque X
Adresse


.................... , le ...................


Objet : confirmation d’un ****** de bourse

 

Madame, Monsieur,


Je vous ai ****** le ………………………… à …………………………. (indiquer l’heure) par ****** un ordre de ******.

Je ****** confirme la ****** de cet ******, à savoir :

• ****** de l'opération (achat, vente) :

• désignation de la ****** :

• nombre de ****** à négocier :

• durée de ****** de l'ordre :

• type ****** :

Je vous ****** d’agréer, Madame, Monsieur, mes ****** distinguées.



Signature


Commentaire banque-info

Ce courrier est à adresser à votre banque pour confirmer un ordre de bourse passé par téléphone.
Il existe cinq types d’ordres de bourse ; ils peuvent être :

  • à cours limité
  • au marché,
  • à la meilleure limite,
  • à seuil de déclenchement,
  • à plage de déclenchement.

L’ordre « à cours limité » comporte un prix maximum à l’achat, minimum à la vente.
L’ordre « à la meilleure limite » est transformé en ordre limité au cours d’ouverture.
L’ordre « au marché » est prioritaire sur les ordres « à la meilleure limite » et sur les ordres « à cours limité ».
Les ordres « à déclenchement » permettent à un investisseur de se porter acheteur ou vendeur à partir d’un cours déterminé :

  • à ce cours et au-dessus de ce cours s’il s’agit d’un achat,
  • à ce cours et au-dessous de ce cours s’il s’agit d’une vente. 

Les ordres « à déclenchement » permettent notamment de se protéger contre d’éventuels renversements de tendance des cours ; de tels ordres sont dits :

  • à « seuil de déclenchement » lorsqu’ils ne comportent qu’une limite à partir de laquelle ils se transforment en ordre « au marché » pour l’investisseur (ce type d’ordre assure par conséquent une exécution maximale de son achat ou de sa vente, mais ne lui permet pas d’en maîtriser le prix)
  • à « plage de déclenchement » lorsqu’une deuxième limite fixe le maximum à ne pas dépasser à l’achat ou le minimum en deçà duquel le client renonce à vendre.


Fiches Pratiques du Jour
Les formations banque-info
Mini Quizz
Un enrichissement est représenté par un avoir en plus ou une dette en moins.

VRAI   FAUX   

Définition du lexique

OPA

Une OPA (Offre Publique d’Achat) est une opération par laquelle une société tente d’en acquérir une autre en proposant d’acquérir tout ou partie du capital d’une autre société cotée.
Une OPA peut être amicale (faite en accord avec les actionnaires de la société objet de l’offre) ou hostile (faite dans l’accord des actionnaires de la société objet de l’offre).
Pour qu’une OPA réussisse, il faut que le prix proposé pour chaque action de la société cible soit sensiblement supérieure au cours de bourse et que les détenteurs des titres soient d’accorder pour apporter leurs titres à l'opération.
En France, l'AMF se prononce sur la conformité ou la non-conformité d'une OPA ; si l'offre n'est pas déclarée conforme par l'AMF, l'initiateur devra soit renoncer à l'opération, soit faire appel de cette décision, soit augmenter le prix d'offre.
Si l'offre est déclarée conforme, sa durée de validité est de 25 jours de négociation au maximum, ou de 35 jours si l'OPA est « hostile ».
Une OPA peut être obligatoire, si le seuil du tiers du capital ou des droits de vote détenus par un actionnaire agissant seul ou de concert est franchi (ou si la société cible est une holding détenant plus du tiers du capital ou des droits de vote d'une autre société cotée).

lexique
BANQUE-INFO.COM sur Facebook