Dépréciation (comptabilité)


Constatation comptable de la diminution de valeur d'un élément d'actif ; les dépréciations peuvent porter sur des immobilisations incorporelles et corporelles non amortissables (exemple : terrains, fonds de commerce), des immobilisations financières, des stocks, des comptes clients, des valeurs mobilières de placement.
La prise en charge d'une dépréciation s'effectue en débitant le compte "Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions".
La dotation sera comptabilisée, selon le cas, en charges d'exploitation, charges financières ou charges exceptionnelles et la dépréciation correspondante figurera à l'actif du bilan en diminution du poste concerné (provision pour dépréciation).
Une dépréciation n'est jamais définitive, elle peut être augmentée, diminuée et elle sera soldée lorsque l'évènement à l'origine de la dépréciation disparaîtra ou que la perte se réalisera ; la réduction ou l'annulation d'une dépréciation fait l'objet d'une reprise (produit d'exploitation, financier ou exceptionnel selon l'origine de la dotation).